Major Dundee (Major Dundee) 1965


Résumé : Durant les derniers mois de la guerre de Sécession, des Indiens Apaches commandés par Sierra Charriba, attaquent un poste de cavalerie du Nouveau-Mexique et massacrent ses occupants, puis se dirigent vers le Mexique en emmenant les enfants. Le Major Dundee, commandant du Fort Benlin, qui sert de camp d'internement pour les prisonniers sudistes, décide de rattraper et d'anéantir la bande de Charriba. Manquant d'hommes, il est contraint d'enrôler des volontaires de tous acabits ainsi que des Sudistes, dont le chef est Benjamin Tyreen. Les deux hommes se connaissent de longue date et se détestent. (Allo Ciné)

Sur les forums

Critiques sur le forum
Western autour du feu - Débat sur ce western!

Devenez membre pour ajouter votre note !

Votre collection


Diffusion à la télévision

Date de diffusion :
FR3 - lundi 30 septembre 1996 - La Dernière Séance - Soirée James Coburn

Voir la fiche télévision

Les critiques

Major Dundee

Posté par Personne le 2/01/2006
Attention Spoiler!!

Que dire, moi j'adore, mais effectivement on sent des coupes un peu partout, ce qui peut nuire au plaisir.
Plein d'évènements ne sont pas expliqués. Est-ce les soldats Français qui ont massacrés les villageois? Alors que le personnage que joue Senta Berger dit que ce sont les Français qui ont libéré le village. On ne nous explique pas le pourquoi des choses...
Aussi la quête pour retrouver Chariba est mise entre paranthése pendant un moment, pour ensuite être expédié un quart d'heure avant la fin!
La fin est elle aussi bancale, nous privant de l'affrontement entre Dundee et le Confédéré Tyreen(Excellent Richard Harris comme d'habitude).

Sinon nous ne sommes pas très loin des Sept Mercenaires, avec cette phase de recrutement, la vie des mercenaires avec les villageois, et le déchainement de feu final! Le traitement y est différent, la violence physiques et morales y est à son paroxisme. Dundee qui fait la court à la femme du médecin mais qui n'hésites pas une seconde à coucher avec la première Mexicaine venue.
En fait on a ici un portrait d'un homme à la moralité plus que douteuse qui use de son pouvoir à des fins personnelles. Il agit en toutes illégalité en recrutant des prisonniers et en pourchassant des Indiens au Mexique, il fait régner l'ordre même si il doit faire fusiller un de ses hommes, ça ne le dérange pas.
Le but de cette expédition, retrouvé les enfants du fort n'est qu'un pretexte à sa folie et Peckinpah le montre, les enfants sont retrouvés au bout de 3/4 d'heure, mais Dundee continu sa folle poursuite, quite à tomber dans un piège...
En fait le personnage le plus humble, le plus chevaleresque dans toute cette histoire reste le Capitaine Confédéré joué par Richard Harris. C'est lui qui désamorce les tensions, c'est le seul à s'opposer à Dundee, il ira même jusqu'à se sacrifier, mais avant il n'oubliera pas de porter le drapeau Américain dans une scéne un peu too much, après tout ce qui venait de se passer.

Au début du film on entend la voix du jeune Clairon qui dit qu'il est le seul survivant de cette aventure, ce qu'accrédite le post de nathan!
Par contre au final nous avons quand même une bonne vingtaine de survivants dont Dundee... Merci donc aux studios Columbia de nous avoir charcutés un des plus beau western du cinéma!

Ah oui, un acteur qui m'a bien impressionné c'est le Sergent Gomez joué par Mario Adorf, je l'ai trouvé tout comme Harris et une moindre mesure Heston excellent! Les autres vous les avez déjà citez!

Pour le dépaysement, les décors naturels, les acteurs, les thémes même si ils ne sont que tronqués...

Mise-en-scène : 9/10
Acteurs : 10/10
Histoire / Scénario : 9/10
Réflexion sur la condition humaine : 8/10
Spectacle offert : 9/10
Note générale : 9 /10







Major Dundee, Major Dundee, 1965, Charlton Heston, Richard Harris, Jim Hutton, James Coburn, Santa Berger, Mario Adorf, Sam Peckinpah, cinéma, cinefaniac, action, aventures, comédie, guerre, noir, comédie musicale, western, critique, base de données, Major Dundee DVD, Major Dundee DVD, DVD, Major Dundee critique, Major Dundee critique, Sam Peckinpah critique