Fort Invincible (Only the valiant) 1951 • Western Movies •

Fort Invincible (Only the valiant) 1951


Résumé : Le nouveau Mexique, après la Guerre de Sécession, le capitaine Richard Lance et son scout Joe Harmony arrive au Fort Invincible pour le trouver brûlé et ses hommes massacrés par les Indiens. Ils prennent prisonnier le chef des Indiens Tucsos et le ramènent vivant jusqu'au Fort Winston. ne pouvant pas garder le prisonnier, le colonnel Drumm ordonne à Lance de choisir un officier pour escorter le prisonnier au Fort Grant. Lance se propose pour cette mission suicide. Drumm lui demander de se raviser pour garder le Fort et d'envoyer Holloway à la place. Les hommes de Lance l'accusent d'avoir envoyé Holloway, son rival auprès de Cathy Eversham.

Sur les forums

Critiques sur le forum

Devenez membre pour ajouter votre note !

Votre collection


Diffusion à la télévision

Voir la fiche télévision
Voir la fiche télévision

Les critiques

Pas de pitié pour les Apaches.

Posté par lasso
Warner Bros présente ce film de notre très estimé Gordon Douglas, qu'il a tourné en images noir et blanc, techniquement correctes, avec une musique signée Fr. Waxman d'après un roman de Charles Marquis Warren. C'est un des premiers western de Douglas, et il me semble, que c'est le plus faible qu'il a tourné, ce, dans le studio avec beaucoup de coulisses. Gregory Peck est capitaine de la troupe des soldats, trop sage et un peu fade. Les seconds rôles sont bien occupés. Il n'y a guère de grande action et l'histoire se développe lentement provoquant un certain ennui chez le spectateur... Le capitaine Lance capture un chef Apache sanguinaire, lui laisse la vie, contre le gré des soldats, le ramène comme prisonnier au Fort Winston. Il faut évacuer le prisonnier au plus vite parce qu'il y a menace que les Apaches le libèrent. Un autre officier, amoureux de la même femme que Lance, sera envoyé avec le prisonnier, pour le mettre à l'abri, mais il sera tué et le prisonnier libéré. La promise de Lance ne veut plus rien savoir de lui, pensant qu'il est responsable de la mort du lieutenant, alors que le Colonel Sommers était responsable, ayant changé les ordres. Lance, choisit des "volontaires" qui vont l'accompagner jusqu'à Fort Invincible pour recapturer ou tuer l'Apache et sa tribu. Faute d'eau et de nombre, leur situation devient dramatique, mais grâce à l'arrivée d'une cavalerie importante, attendue, muni d'une mitrailleuse Gatling, balayent tous les indiens. Lance avec les rescapés rejoignet Fort Winston, ou sa belle l'attend, qui a compris que Lance n'était finalement pas responsable de la mort de son concurrent. (incroyable situation stratégique du Fort Invincible)


Mise-en-scène : 6/10
Acteurs : 5/10
Histoire / Scénario : 4/10
Réflexion sur la condition humaine : 2/10
Spectacle offert : 4/10
Note générale : 4.2 /10


Fort Invincible

Posté par Cole Armin le 3/03/2012
Distribué en 1951 par la Warner Brothers, ce western est produit par William Cagney (frère de James Cagney) qui sera également à la production des Clairons sonnent la charge en 1952. Si Cagney n'est pas un spécialiste du western, il faut vanter la participation de Charles Marquis Warren, producteur, réalisateur et scénariste de multiples westerns (dont la série Rawhide et le film Little Big Horn), qui est ici l'auteur du roman inspirant le scénario écrit par Edmund H. North (La Fille du désert) et Harry Brown (L'aventure fantastique).


A la réalisation, Gordon Douglas manque un peu d'inspiration et l'on est loin de ses oeuvres les plus fortes telles La maîtresse de fer ou le trio de westerns avec Clint Walker à la fin des années 1950. Fort invincible est plus un film de commande pour le réalisateur qui n'avait jusque là dirigé que 4 westerns de séries B avant de se voir confier des productions plus importantes à la Warner. Le scénario de certains de ses futurs westerns tels que Sur la piste des Comanches ou Chuka, le redoutable reprendront certaines des situations de Fort Invincible.

Quant à Gregory Peck, fort de ses succès que furent L'homme de fer et La Cible Humaine avec le réalisateur Henry King, il fut contraint pas son contrat avec David O' Selznick de jouer dans ce film. Et l'acteur n'est clairement pas mis en valeur dans ce rôle.
On relèvera néanmoins une galerie de seconds rôles sympathique composé de Ward Bond, plus vrai que nature, Jeff Corey, Steve Brodie, Neville Brand et Lon Chaney Jr.

Au final, un western à petit budget dirigé sans un véritable enthousiasme.


Fort Invincible

Posté par Tecumseh
L’histoire retrace le parcours d’un officier de cavalerie (Grégory Peck), accusé injustement d’avoir envoyé délibérément l’un de ses officiers et rival amoureux à la mort. Pour retrouver son honneur, il demande à commander une périlleuse mission dont le but est de contenir les raids Apaches jusqu’à l’arrivée de renforts.

Accompagné de quelques hommes, qu’il a lui-même choisi comme étant les moins indispensables au fort (lâches, alcooliques, brutes, malades…) et dont la plupart le haïsse, ils vont devoir tenir un bastion à la sortie d’un défilé, seul point de passage possible pour les indiens.

Après une première partie assez conventionnelle le film, bien servi par une belle photo noir et blanc et des décors de studio minimalistes, plonge dans une ambiance angoissante, et certaines scènes comme celle du retour du scout en sang, est digne d’un film d’épouvante.

L'attente oppressante de l’attaque indienne fait ressortir les travers des différents soldats, interprétés par des habitués des second rôles westerns : Ward Bond, Neville Brand, Lon Chaney Jr, Steve Brodie…

Mais le côté psychologique des protagonistes reste relativement superficiel et on pourra regretter que la personnalité de certains ne soient pas plus exploité, telle celle du soldat arabe joué par Lon Chaney Jr (on a l’impression de se retrouver dans un film sur la légion étrangère par moment) dont on ne sait d’où il vient. De même, on n’a aucune idée de ce qu’il advient des deux soldats fait prisonniers par les apaches à un moment, nous les quittons en pleine bagarre sans connaître leur sort final.
Même si ce n’est pas le meilleur film de Gordon Douglas dans le genre (on peut lui préférer des westerns comme les excellents : « Face au châtiment » -The Doolins of Oklahoma - 1949 ou « Rio Conchos » 1964), « Fort invincible » mérite d’être à nouveau découvert. Western quelque peu atypique où l’on sent divers genres se côtoyer (western, film noir, aventures, épouvante…) il se laisse voir avec plaisir, et l’on ne peut que se féliciter d’avoir à nouveau la chance de le visionner.







Only the valiant, Fort Invincible, 1951, Gregory Peck, Barbara Payton, Ward Bond, Gig Young, Lon Chaney Jr., Neville Brand, Jeff Corey, Gordon Douglas, cinéma, cinefaniac, action, aventures, comédie, guerre, noir, comédie musicale, western, critique, base de données, Fort Invincible DVD, Only the valiant DVD, DVD, Fort Invincible critique, Only the valiant critique, Gordon Douglas critique