L'Enfant du désert (Cattle Drive) 1951

Titre Belge : Le mustang noir
Note : 6 /10 (1 vote)

Pays : Etats-Unis (1H17) Couleurs
Réalisateur : Kurt Neumann
Acteurs : Joel McCrea, Dean Stockwell, Chill Wills, Leon Ames, Henry Brandon, Howard Petrie, Bob Steele
Thème : Cattle Drive

1 DVD / Blu-Ray disponible

Résumé : Fils du président d'une compagnie de chemin de fer, Chester Graham Jr. est un enfant gâté. Par un concours de circonstances, il se retrouve abandonné dans le désert seul et rencontre un convoi de bétail.

Informations complémentaires : Inédit en France

Sur les forums

Critiques sur le forum

Devenez membre pour ajouter votre note !

Votre collection


Les critiques

Cattle Drive

Posté par Cole Armin le 13/12/2015
Un western sur le thème de la famille. Un thème qui devait être cher à Joel McCrea au point qu'il considère ce film comme l'un de ses préférés.
Cattle Drive comporte d'honnêtes scènes de stampede et de beaux extérieurs (Death Valley et Utah) qui faisaient le succès d'Universal.
Le scénario adapte le Capitaine Courageux (Captains Courageous) de Rudyard Kipling au western. Un scénario plutôt original par rapport aux productions habituelles du studio.
Dean Stockwell est un solide choix pour le rôle d'un enfant gâté par son riche père qui est recueilli accidentellement par un convoi de bétail. Joel McCrea est une fois de plus crédible dans le rôle principal. Les deux acteurs étaient déjà réunis dans Stars in My Crown. A leurs côtés, on relèvera la présence d'Henry Brandon et Chill Wills.
La seule (et brève) présence féminine est matérialisée par un médaillon que montre Joel McCrea de sa femme dans le film et à la ville Mme Frances Dee.







Cattle Drive, L'Enfant du désert, 1951, Joel McCrea, Dean Stockwell, Chill Wills, Leon Ames, Henry Brandon, Howard Petrie, Bob Steele, Kurt Neumann, cinéma, cinefaniac, action, aventures, comédie, guerre, noir, comédie musicale, western, critique, base de données, L'Enfant du désert DVD, Cattle Drive DVD, DVD, L'Enfant du désert critique, Cattle Drive critique, Kurt Neumann critique